AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

"Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Hey mais c'est Thaïs E. Duplessis !



Age : 25
Messages : 15
Métier : Serveuse au Eden Nightclub
Phobie : Taphophobie - Peur des tombes ou d'être enterré vivant
Pouvoir : Etre vampire, c'est bien assez non?
MessageSujet: "Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath' Ven 20 Mai - 9:30

    Cela ne faisait pas très longtemps que Thaïs était arrivée en ville. Une ou deux semaines tout au plus. Elle avait donc décidé de visiter. Après tout, la ville avait bien changée depuis son dernier passage quelques siècles plus tôt. Comme à son habitude, les gens l’avaient détaillée dans la rue. Elle aimait cela. Elle se prouvait ainsi que, malgré tout, malgré le fait qu’elle soit devenue vampire, elle était toujours vivante. Elle faisait donc en sorte qu’on la remarque partout où elle allait. Etait-elle volontairement originale ? Peut-être. Et peut-être pas. En réalité, elle s’aimait comme elle était et ne se posait même pas la question. C’est seulement en connaissant ses forces et ses faiblesses que l’on pouvait avancer. Cette phrase n’était pas de Thaïs. Elle lui revenait souvent, du fin fond de sa mémoire. C’étaient les mots d’Athénaïs. Celle qui avait changé sa vie. Cela faisait tellement longtemps maintenant qu’elle était morte. Tout comme Maxence. Elle avait veillé à ce qu’ils aient un enterrement digne de ce nom. Cela avait été plus facile pour Athénaïs que pour Maxence. En effet, ce dernier était marié et Thaïs ne voulait pas perturber la veuve en apparaissant du jour au lendemain.

    Elle chassa brusquement ces pensées parasites. Vivre dans le passé ne la mènerait nulle part. En tournant dans une rue, elle aperçut un parc. Pourquoi ne pas s’y poser quelques instants ? De sa démarche élégante, elle se dirigea vers un banc. Thaïs aimait beaucoup les squares et le parfum de liberté qui s’en dégageait. Elle observait les gens, les familles, indifférente au fait qu’on l’observait. A dire vrai, elle interpellait avec sa robe blanche, légère avec de la dentelle aux manches mais pourtant décolletée. C’était une des tenues virginales qu’elle aimait parfois à porter. Mais, ses chaussures à talons de 10 cm et le fard à paupières d’un bleu-gris charbonneux ajouté à l’eye-liner noir qui cerclait ses yeux ne pouvaient être qualifiés de virginal. Elle était tout un paradoxe et elle ne s’en cachait pas. Personne ici ne pouvait se douter du nombre incalculable d’amant qu’elle avait pu avoir. Et s’il en connaissait les noms, ils seraient étonnés. Elle avait côtoyé des littéraires comme des politiciens et parfois même des stars du cinéma. Mais la plupart étaient de beaux et sombres inconnus. Après tout, quand on avait l’éternité devant soi, il fallait bien l’occuper !

    Thaïs leva lentement les yeux vers le ciel. Le temps était couvert et nuageux. Cela jurait encore plus avec sa tenue estivale. Elle avait prévu ses lunettes de soleil qu’elle utilisait un peu comme un serre-tête. Elle ne voulait pas risquer de se bruler les yeux à cause du soleil. Cela pouvait être néfaste. Une idée lui sauta soudainement aux yeux. Tous ces enfants qui étaient en train de jouer… comment ferait-elle si l’un d’eux se blessait ? Ce n’était peut-être pas une si bonne idée de venir finalement. Pourtant, leurs parents semblaient veiller au grain. Elle réfléchit quelques instants puis se tourna dans le sens inverse du vent de façon que l’odeur parte dans l’autre sens. Il y avait de forte chance que cela ne serve à rien mais on ne savait jamais. Elle fit donc le tour du banc de façon à s’asseoir de l’autre côté. La plupart des personnes présentes étaient des familles ou de vieilles personnes en train de se promener. Thaïs eut un petit soupir. Ce n’était pas ici qu’elle allait trouver une perle suffisamment appréciable pour l’ajouter à son collier. Elle avait toujours aimé cette phrase typique des courtisanes. En effet, il était d’usage que chaque protecteur offre une perle à sa maitresse. Cela permettait en quelque sorte de sceller l’arrangement. Enfin, les siècles avaient mis de côté cette coutume sinon Thaïs aurait eu de quoi refaire sa garde de robe en perles, en exagérant à peine !

    La légère brise faisait danser ses cheveux au vent. Elle appréciait vraiment beaucoup cet endroit. Pas de portes, pas de murs, la liberté tout simplement. A dire vrai, il y avait peu d’endroits où elle détestait aller. Les cimetières étaient pour elle une zone rouge. Jamais elle n’y mettrait les pieds à moins d’être encadrée de gardes du corps. C’est d’ailleurs ce qu’elle avait fait pour les mises en terres de Maxence et Athénaïs. Elle-même avait vécu l’expérience de la mise en terre. La différence, c’est qu’elle n’était pas morte à ce moment-là ! Elle l’avait longuement reproché à son créateur avant de comprendre qu’il n’avait pas vraiment eu le choix. Les autres voulaient sa mort, et elle se serait transformée juste après. C’était la meilleure méthode, mais celle-ci lui avait laissé un traumatisme profond.

    Thaïs senti tout d’un coup un regain d’intérêt la parcourir. Un bel homme venait d’apparaître dans le square. Que faisait-il là ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Il était bien fait de sa personne, c’est tout ce qui importait à la jeune fille. Pour sa défense, Thaïs était une esthète. Elle appréciait la beauté que ce soit dans la peinture, la musique mais aussi les hommes. Elle jeta un rapide regard autour d’elle. La plupart des autres bancs étaient pris. Après tout, c’était le week-end. Peut-être allait-il s’asseoir près d’elle ? Ce serait fort intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hey mais c'est Nathanaël O. Pecker !



Age : 36
Messages : 5
Métier : Traducteur de Roman
Phobie : Angoisse de la page blanche...
Pouvoir : Télépathe // Détection & Matérialisation des peurs
MessageSujet: Re: "Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath' Ven 20 Mai - 13:53

    27 AOUT à 13h

    Pourquoi rester enfermé quand une si bonne journée ! Voilà la question qui trainait dans l’esprit de Nathanaël. Il venait de finir son repars tranquillement et solitairement. Car après tout, ne coupons pas les cheveux en quatre, le jeune homme avait toujours était seul. Et pourtant être muet n’était en rien une maladie contagieuse… Il lui restait une bonne demi-heure avant de devoir s’enfermer dans son bureau pour essayer de traduire le dernier roman du dernier écrivain à la mode… Il attrapa une laisse pour l’attacher au cou de son premier chien et fit de même avec le deuxième. Son premier livre avait si bien marché que le jeune homme avait pu se faire un petit plaisir en sauvant ses deux molosses de l’euthanasie… Il descendit de chez lui tranquillement profitant du soleil, l’air chaud qui soufflait le gênait un peu, mais il saurait faire avec…

    Après dix petites minutes de marche le jeune homme arriva au Square. Un endroit qui pour la saison était toujours pleine d’animation, plein d’enfant, de parent et d’amoureux. Quand il n’est pas seul avec ces chiens, Nathanaël y va avec sa mère, histoire de la sortir après le décès très ressent de son père. C’est aussi dans ce Square qu’il avait remarqué une jolie brunette, une secrétaire qui après quelques renseignement travaillé dans les Locaux de Day & cie et aussi célibataire que lui… Mais qui pourrait s’approcher et avoir une conversation digne de ce nom avec quelqu’un de muet…

    Il libéra les chiens qui restèrent un bon quart d’heure à courir à droite à gauche. Nathanaël les regarda, un sourire colla sur son visage. C’était les seul personnes hormis ça mère qui lui permettait de sourire franchement… Il siffla un bon coup franc et les deux fauves reviennent aux pieds de leur mère… Il les accrocha et repartie pour aller chez lui. Il est déjà en retard, mais j’ai lui c’est en quelques sorte une habitude… Il reprit le chemin de chez lui et y laissa ces animaux, repartant pour aller travailler.

    Arrivé dans les locaux, il tomba nez a nez avec son patron. Il se doutait très bien qu’il y allait avoir une petite remontrance, et le patron s’en donnait à cœur joie ! Quoi de mieux que de gueuler sur quelqu’un qui ne pourra vous répondre ? Une fois que Monsieur le boss eut finit sa gueulante et eut tourné le dos, Nathanaël lui fit un doigt d’honneur. Courageux, il l’était mais pas au point de perdre son emploi pour un embaffé !

    Il se dirigea à son bureau, attrapa son script à traduire, un cahier, un stylo et partie sous le regard intrigué de son patron et ces collègue de boulot… Il laissa un post-it à la réception disant qu’il allait prendre l’air et traduire l’œuvre en même temps. Il se redirigea vers le même square qu’il avait quitté quelques dizaines de minutes plus tard… En regardant, plus de banc de libre, sauf un au fond. Une brunette tout de blanc vêtue était assise seul. Il se dirigea vers elle. Une fois en face d’elle, il lui montra le banc en signe de demande pour savoir si la place était libre ou occupé, après tout une si belle femme ne pouvait être seule ! Il s’installa tranquillement, sortie le script, son cahier, son stylo et commença à traduire le script initialement en italien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hey mais c'est Thaïs E. Duplessis !



Age : 25
Messages : 15
Métier : Serveuse au Eden Nightclub
Phobie : Taphophobie - Peur des tombes ou d'être enterré vivant
Pouvoir : Etre vampire, c'est bien assez non?
MessageSujet: Re: "Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath' Ven 20 Mai - 18:50

    Le charmant jeune homme s’approchait de plus en plus. Apparemment, il semblait décidé à suivre les volontés de Thaïs. Enfin, dans l’absolu, il n’y avait plus de place donc s’il voulait s’asseoir, il était bien obligé de se mettre à côté d’elle. Cette perspective la mettait de bonne humeur. Après tout, jouer avec les humains faisait partie de ses passe-temps préférés. Elle pouvait le voir s’approcher. Sa vue était aiguisée depuis qu’elle était vampire. Elle pouvait le détailler de loin.

    Il était incroyablement grand. Il devait presque faire 2mètres. Pour Thaïs, C’était un géant. Du haut de son mètre soixante, la vampire ne lui arrivait même pas aux épaules. Elle se félicita alors de ne jamais sortir sans ses talons aiguilles. Le milieu du XXème siècle avait été une grande avancée pour elle. Déjà car la femme s’était émancipée, ce qui lui avait permis de ne plus avoir un mode de vie si marginal. Ce qui paraissait tellement choquant en 1830 ne l’était plus du tout aujourd’hui. Thaïs aimait les chaussures luxueuses. C’était un de ses nombreux péchés mignons. Elle en avait toute une collection. Parfois elle s’en faisait offrir.

    Il était donc grand, d’une carrure plutôt imposante. Si elle n’avait pas été vampire, elle aurait pu craindre un homme de cette stature. Encore que, ce n’était pas garanti. Peut-être que la curiosité l’aurait emporté. Des cheveux châtains foncés, une légère barbe. Cela devait faire quelques jours qu’il ne s’était pas rasé. Ce côté un petit peu négligé rappelait quelqu’un à Helena. Mais qui ? Elle n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il avait un port altier, presque princier. Elle avait eu pour amant un prince italien il y a un siècle de cela. Sa démarche était sensiblement la même, avec de l’arrogance en plus.

    Lorsqu’il fut à portée de regard humain, elle détourna le sien. Elle n’allait tout de même pas lui laisser penser qu’elle l’espionnait. Sans même lui avoir parlé, elle sentait qu’il serait divertissant. En effet, il avait un petit quelque chose de décalé que Thaïs ne s’expliquait pas. Enfin bref, il était maintenant juste en face d’elle. Elle leva les yeux. L’homme pointait le banc avec un air interrogateur. La jeune fille lui offrit son plus beau sourire.

    « Asseyez-vous, la place est libre. »

    Il s’installa donc, de façon tout à fait tranquille. Elle osa un petit coup d’œil et vit qu’il avait sorti un étrange bloc note, un cahier et un crayon. Que pouvait-il bien écrire ? Thaïs s’attarda sur quelques mots. Aucun doute possible, c’était de l’italien. L’Italie faisait partie des pays dans lesquels elle avait adoré s’attarder. Après tout, les courtisanes étaient toujours bien passées là-bas. Une fois que la courtisanerie fut passée de mode, Thaïs avait dû ruser. Elle avait été actrice, danseuse, mannequin, femme d’affaire et tant d’autres carrières qui lui avaient permis de côtoyer des puissants. Les hommes riches étaient ses mécènes préférés. Ils étaient si simples à manipuler. Tout passait par l’égo, c’était parfois fatiguant. Voilà pourquoi elle avait tant tenu à venir à Leeds. Pour s’aérer un petit peu. Thaïs décida d’aborder le jeune homme. Après tout, elle ne connaissait encore personne dans cette ville, c’était l’occasion.

    « C’est de l’italien ? »

    C’était plus une affirmation qu’une question.

    « Excusez-moi. Je ne voulais pas être indiscrète. J’ai tendance à me laisser emporter par ma curiosité. En ce moment, c’est encore pire comme je viens de m’installer en ville… »

    Elle eut un petit air penaud. Thaïs avait toujours eu tendance à beaucoup parler. C’était un des travers de son caractère dynamique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hey mais c'est Nathanaël O. Pecker !



Age : 36
Messages : 5
Métier : Traducteur de Roman
Phobie : Angoisse de la page blanche...
Pouvoir : Télépathe // Détection & Matérialisation des peurs
MessageSujet: Re: "Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath' Sam 21 Mai - 9:16

    Croyez vous à la destiné et tout ce qui va avec ? Bien Nathanaël lui n’y croit pas ! S’il s’était avancé vers ce banc, c’était tout simplement car les autres était plein et que le seul vide se trouvait au fond au côté d’une jeune fille… Le jeune homme canalisa sa télépathie, entendre les pensées des gens qu’on ne connait pas c’est une sorte de violation de vie privée… Il s’accordait toutefois le droit de connaitre les pire peurs des humains qui l’entouraient. Des insectes… Des poupées. De mourir ? Pfff ça c’est de la banalité à en pleurer. Plus il approchait du banc, plus les peurs qu’il captait devenait ridicule, une gamine avait peur des canards en plastiques, un petit garçon qui venait de se viander à ses pieds et qu’il aida a se relever a une peur bleue des Clowns… Bizarre. Quand il arriva au niveau du banc, c’est une peur tout à fait bizarre qu’il capta… Peur d’être entérrée vivante… Ca c’était pas banale et franchement bizarre. Mais il ne montra pas.

    Durant tout le long de son chemin vers le banc, il avait senti que des regards le suivaient. Certes quand on fait 1m90, on ne passe pas inaperçu… Mais bon, il était humain, ce n’était pas un monstre. Et pourtant il en avait l’habitude… Et quand les gens l’abordaient et qu’il leur faisais comprendre qu’il ne parlait pas, la les gens partaient et le regardaient en chuchottant sur son dos… Triste de voir comment les gens réagisse face à la différence. Mais Nathanaël en avait l’habitude maintenant, ça ne le perturbais plus vraiment…

    « Asseyez-vous, la place est libre. »

    Il répondit à la jeune femme par un sourire accompagné d’un signe de tête. Il s’installa donc, de manière à ne pas déranger la jeune fille et commença à lire la partie italien de son script. Il sentit que la jeune fille lançai de petit coup d’œil, mais il préféra ne pas relever de manière à ne pas rendre la jeune fille mal à l’aise…

    « C’est de l’italien ? »

    Il avait sentit que ce n’était pas vraiment une question, mais il la regarda et fit oui de la tête puis comme si de rien n’était replongea son nez dans son script où il nota une erreur de sa part. L’italien n’était pas sa langue préféré loin de là ! Lui il préféré l’espagnol, le russe ou l’allemand, mais il n’y avait que des script italiens. Ça fait dejà une semaine qu’il planchait dessus, et il en avait déjà marre…

    « Excusez-moi. Je ne voulais pas être indiscrète. J’ai tendance à me laisser emporter par ma curiosité. En ce moment, c’est encore pire comme je viens de m’installer en ville… »

    Il sentit comme un léger malaise venant de la jeune fille. Il l’a regarda droit dans les yeux, lui faisant un sourire encourageant et fit non de la tête accompagné d’un geste de main sur son épaule, au moins il savait qu’elle comprendrait et puis il n’avait pas le choix s’il voulait un tant soit peu communiquer avec elle. Il remaqua aussi que la jeune fille parlait pour deux, intérieurement ça le fit rire… Il voulut continuer à griffonner sa traduction, mais il reposa son stylo sur son bloc note quelques secondes après. Geste qui n'était pas a prendre pour un quelconque sentiment antipathique bien sur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hey mais c'est Thaïs E. Duplessis !



Age : 25
Messages : 15
Métier : Serveuse au Eden Nightclub
Phobie : Taphophobie - Peur des tombes ou d'être enterré vivant
Pouvoir : Etre vampire, c'est bien assez non?
MessageSujet: Re: "Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath' Dim 22 Mai - 19:46


    Bien, Thaïs avait déjà employé des techniques d’approche plus subtile, mais pour une raison qu’elle ne s’expliquait pas, l’homme qui partageait son banc l’intimidait. Intimider Thaïs Duplessis… Alexej en aurait ri s’il avait été là. Un petit humain éphémère intimidant celle qui, peu importe les circonstances arrivait toujours à retomber sur ses pieds. Il y avait cependant dans son regard une sorte de clairvoyance qui interpellait Thaïs autant qu’elle la mettait sur la défensive. Elle qui au départ ne voyait en lui qu’un moyen de s’amuser un peu se rendait petit à petit compte qu’il l’intéressait mais pas pour les raisons habituelles.

    A sa question, il n’avait répondu que par un hochement de tête. Thaïs avait cru l’avoir importuné aussi c’était elle excusée. C’était des excuses de politesse. La jeune fille n’avait jamais aimé s’excuser, considérant que tout ce qu’elle faisait avait toujours un but précis. Parfois cela fonctionnait, parfois non. Dans certaines époques, s’excuser était un aveu de faiblesse. Maintenant, c’était rentré dans les usages comme de la politesse. Il fallait bien s’adapter.
    Il la regarda droit dans les yeux. Il avait vraiment un regard pénétrant. Beaucoup plus profond que celui de la plupart des humains et en particulier de la sous partie mâle de l’espèce. Thaïs n’y pouvait rien, elle faisait bien plus volontiers confiance aux femmes qu’aux hommes. Après tout, dans la plupart des religions polythéistes, la sagesse était une femme non ? En tout cas, l’homme posa une main sur l’épaule de Thaïs et lui fit un signe de tête encourageant. Au moins, il n’avait pas l’air de la prendre pour une détraquée. Elle trouvait étrange qu’il ne lui est pas réellement adressé la parole depuis qu’il s’était présenté face à elle. C’était étrange. Il n’avait pas l’air antipathique. C’était même plutôt le contraire. Il devait donc y avoir une raison à son silence.

    Il ne s’était pour le moment adressé à elle que par signes de tête et par geste. La lumière se fit brusquement dans l’esprit de Thaïs. Il devait être muet. C’était la seule explication rationnelle. Soit c’était cela, soit il n’avait pas envie de lui parler. La seconde hypothèse ne plaisait pas à la jeune fille et elle l’écarta. Elle lui rendit son sourire et se dit qu’elle devrait peut-être le laisser travailler.

    Il reprit son stylo mais le reposa bien vite. Thaïs prit cela pour une ouverture et décida de réparer quelques bévues protocolaires qu’elle venait de remarquer : elle avait oublié de se présenter. La jeune vampire était une grande adepte de la politesse et n’aimait pas que l’on y manque. Spécialement lorsque c’était elle que le faisait. Se présenter avant d’entamer une conversation faisait partie de ces règles.

    « Au fait, je m’appelle Thaïs. Thaïs Duplessis, enchantée. »

    Elle tenta une légère courbette de salutation, mais étant donné sa position assise, elle ne réussit qu’à incliner la tête de façon gracieuse… mais assez comique. Dans le mouvement, ses lunettes de soleil qu’elle gardait jusque-là en serre tête lui tombèrent sur le nez, entrainant avec elles un léger rideau de cheveux bruns. Thaïs mima alors une légère toux avant d’enchainer de façon ironique:

    « Pour le coup, je ne me sens pas du tout ridicule… »

    Préférant prendre le parti de se moquer d’elle-même, elle partit d’un léger rire cristallin. Puis elle retira ses lunettes et les remis en place de façon à réarranger sa coiffure. Ce n’était sans doute pas parfait mais au moins, elle serait plus présentable. Il fallait se resaisir. Il ne fallait tout de même pas qu'il la prenne pour une gourde!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hey mais c'est Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: "Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath'

Revenir en haut Aller en bas

"Je parlerais pour deux dans ce cas!" | PV Nath'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Leeds :: -Leeds City Square--